HISTORIQUE | INFOLETTRE | DEVENIR MEMBRE | NOUS JOINDRE    

ACCUEIL | À PROPOS DE NOUS | LE LAC | QUALITÉ DE L'EAU | CONSEILS AUX RÉSIDENTS | PROJETS | DOCUMENTATION

 

Identification de la provenance des sources de phosphore dans les tributaires et principaux ruisseaux du lac Lovering

CONTEXTE
Depuis 2006, la MRC de Memphrémagog a vérifié annuellement la qualité de l’eau de certains ruisseaux du lac Lovering par des échantillonnages pris à leur embouchure. Les résultats des analyses démontrent à quelques endroits des taux trop élevés de phosphore, et dans certains tributaires, la présence de coliformes fécaux dépassant la norme acceptable et à l’occasion, des matières en suspension.

En 2017, deux tributaires du lac Lovering ont été échantillonnés par la MRC de Memphrémagog : les ruisseaux des Berges et Tryon (anciennement désigné comme « des Tourterelles »).

Ces deux tributaires présentent des concentrations médianes de phosphore total supérieures à la recommandation du MDDELCC de 20 ug/l. La qualité de l’eau du ruisseau Tryon semble s’être légèrement dégradée au cours des dernières années, tandis que celle du ruisseau Des Berges est plutôt stable. Chaque année pendant l’hiver la MRC publie son rapport pour l’année précédente. Pour consulter les résultats: www.mrcmemphremagog.com.

Dans un souci de maintenir la qualité de l’eau et de l’améliorer ainsi que de limiter l’apparition de cyanobactéries dans le lac, la Société de conservation du lac Lovering (SCLL) désire déterminer avec plus de justesse la provenance des écarts par rapport à la norme dans le but d’en identifier les causes potentielles. Le projet d’échantillonnage 2018 de la SCLL est articulé tel que décrit dans les paragraphes suivants.

OBJECTIF
Ce projet permettra :
• d'identifier avec plus d’exactitude les endroits problématiques quant à la présence de phosphore dans les tributaires et les principaux ruisseaux du lac

• d'identifier avec plus d’exactitude les endroits problématiques quant à la présence de coliformes fécaux dans les tributaires et les principaux ruisseaux du lac.

• de déterminer la possibilité de mettre en place des interventions aux endroits problématiques dans le but de diminuer l’apport de phosphore transporté vers le lac Lovering.

ACTIVITÉS
Le calendrier d’échantillonnage découle d’un examen de l’historique des dépassements au cours des cinq dernières années. Suivant cet examen, la Société de conservation du lac Lovering procèdera donc entre la mi-avril et la fin de l’automne 2018:

Premier volet : Phosphore total
• à trois sessions d’échantillonnage en tenant compte des épisodes de pluies abondantes (débit régulier et important du volume d’eau nécessaire) pour l’aspect « source de phosphore », soit en avril, mai et juin. Les échantillonnages sont prévus à l’embouchure et à la source des tributaires simultanément. Les tributaires retenus pour ce volet sont Campagna, Grande Allée, Tryon et des Tourterelles.

• à quatre sessions d’échantillonnage en relation avec l’épandage de fumier afin de valider la possibilité d’une source supplémentaire de phosphore provenant de l’épandage. Les échantillonnages sont prévus suivant les quatre épandages durant l’année (après une pluie suivant chaque épandage). Les tributaires retenus pour ce volet sont Robert et des Tourterelles. Un site supplémentaire (où aucun épandage n’est prévu) sera aussi échantillonné dont les résultats d’analyse serviront de référence pour la validation.

Deuxième volet : Coliformes fécaux
• à cinq sessions d’échantillonnage, soit en juin à partir du 20, deux en juillet entre le 5 et le 25, un pendant la dernière quinzaine d’août et un en septembre, entre le 10 et le 20. Les échantillonnages sont prévus à l’embouchure et à la source des tributaires simultanément. Les tributaires retenus pour ce volet sont Campagna, Grande Allée et Tryon. Si les conditions le permettent, le ruisseau Robert sera aussi échantillonné.

• Tous les échantillonnages seront analysés par les laboratoires Environex de Sherbrooke.

RÉSULTATS
Les résultats des analyses seront consignés dans un tableau disponible pour consultation au début de l’année 2019. Leur étude permettra alors de déterminer s’il y a des endroits sources de phosphore, de coliformes fécaux ou d’autres problématiques dans les tributaires.

SUIVIS
Au cours de l’hiver, des stratégies d’intervention seront élaborées selon les situations problématiques et, s’il y a lieu, des correctifs seront mis en place à l’été 2019.

 

 

© Société de conservation du lac Lovering