HISTORIQUE | DEVENIR MEMBRE | NOUS JOINDRE    

ACCUEIL | À PROPOS DE NOUS | LE LAC | QUALITÉ DE L'EAU | CONSEILS AUX RÉSIDENTS | PROJETS | DOCUMENTATION

 

Projet expérimental du contrôle du myriophylle à épis

Date de début : Septembre 2013

CONTEXTE
Depuis une dizaine d’années, les usagers du lac Lovering constatent une croissance exponentielle d’une plante envahissante, le myriophylle à épis, qui nuit au développement des plantes aquatiques indigènes et à plusieurs espèces fauniques en plus d’être un obstacle à la baignade, à la pêche sportive et à l’utilisation des embarcations motorisées. La SCLL souhaite trouver une solution à cette problématique par la pose de toiles de jute, méthode préalablement expérimentée par l’ABV des 7 dans la région de l’Outaouais.

OBJECTIF
Expérimenter un moyen de contrôler la prolifération du myriophylle à épis par application de toiles de jute au fond du lac sur 5 sites de colonies de cette plante envahissante et en vérifier les impacts sur l’écosystème aquatique. À la lumière des résultats, intercéder éventuellement auprès des autorités concernées pour faciliter aux riverains l’obtention de permis autorisant le recouvrement du myriophylle à épis avec du jute de l'aire de baignade devant leurs résidences.

DESCRIPTION GÉNÉRALE DU PROJET
De la toile de jute a été cousue en laizes de 17 pi de large et 60 pi à 300 pi de long afin de couvrir une superficie totale de près de 11 000 mètres carrés. La mise à l’eau des rouleaux des toiles stabilisées par des sacs de sable s’est effectuée sous la supervision de plongeurs pour s’assurer de bien recouvrir le myriophylle dont les tiges ne pouvaient traverser le jute en raison de leur « mollesse » contrairement aux autres plantes indigènes. Soixante bénévoles ont collaboré aux étapes de couture, de préparation de sacs de sable et de mise à l’eau. Des suivis effectués par un biologiste sont prévus sur une durée de trois ans sur les sites traités et sur 2 autres sites témoins.

ACTIVITÉS
Septembre 2013 : Évaluation de l’état d’envahissement du myriophylle et repérage de 5 sites à traiter recouverts à 100% de myriophylle et de 2 sites témoins
Octobre 2013 : Demande des permis auprès des municipalités de Magog et du Canton de Stanstead et du ministère du Développement durable, Environnement, Faune et Parcs conformément à la Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune.
Janvier 2014 : Commande de 9 paquets de jute (7 on.) de 3 000pi x 6 pi
Avril 2014 : Obtention du certificat d’autorisation du MDDEFP
Mai 2014 : Couture des laizes de jute avec une machine portative à point de chainette et préparation des 200 sacs de toile remplis de sable, le tout s’échelonnant sur une période de 16 jours représentant 765 heures de travail.
Juin 2014 : Mise à l’eau des toiles à partir d’un quai flottant avec des équipes constituées d’au moins 13 personnes dont 4 plongeurs et stabilisation des toiles à l’aide de sacs de sable. Cette étape a nécessité 960 heures de travail réparties sur 6 journées de fin de semaine.

RÉSULTATS
Un suivi a été réalisé durant l’été 2014 qui a permis de constater sur les sites traités la disparition pratiquement totale du myriophylle et la pousse au travers de la toile de plusieurs espèces de plantes indigènes. L’utilisation de toile de jute pour le contrôle du myriophylle à épi fonctionne bien sans causer de changements importants pour la faune et pour les paramètres physico-chimiques de l’eau . Pour plus d'information sur la technique utilisée lors de la fabrication des toiles et celle de la mise à l'eau, veuillez consulter: Projet_myriophylle_2014 (PDF)

Pour avoir une meilleure idée des résultats: Rapport du biologiste (PDF)

SUIVIS
3 suivis/saisons estivales sont prévus en 2015 et 2016 pour vérifier la présence du myriophylle sur les sites traités, l'état des toiles et la identifier les espèces fauniques sur les lieux. Selon les résultats obtenus, la SCLL intercèdera auprès des instances concernées pour voir la possibilité de permettre aux résidents d'utiliser le jute pour contrôler le myriophylle devant leurs propriétés.







 
 

 

© Société de conservation du lac Lovering