HISTORIQUE | DEVENIR MEMBRE | NOUS JOINDRE    

ACCUEIL | À PROPOS DE NOUS | LE LAC | QUALITÉ DE L'EAU | CONSEILS AUX RÉSIDENTS | PROJETS | DOCUMENTATION

 

CONSEILS AUX RÉSIDENTS

Code de conduite des plaisanciers
Code de conduite (PDF)
La Société de conservation du lac Lovering vous invite à prendre connaissance du code d’éthique des résidents et des plaisanciers qui se veut un outil pour assurer une cohabitation harmonieuse de tous les usagers du lac Lovering.

La nouvelle vague en matière d'activités nautiques : bien se comporter!
Les vagues surdimensionnées créées par les bateaux lors de la pratique d’activités nautiques peuvent se déplacer sur plus de 250 mètres. Pour favoriser la cohabitation harmonieuse entre les divers utilisateurs des lacs, adoptez de bonnes pratiques! www.mrcmemphremagog.com/download/Patrouille-nautique/Suivez%20la%20vague/lovering_Carte_web.pdf
www.mrcmemphremagog.com/programmes-et-services/securite-nautique/suivez-la-vague

URGENCE

Urgence environnement
Quand utiliser la ligne d’urgence?



Revégétalisation des berges - La renaturalisation des rives et du littoral

Un texte sur le projet de caractérisation des bandes riveraines est disponible. Les riverains qui le souhaitent peuvent faire une demande à info@laclovering.org pour obtenir le relevé individuel de leur bande riveraine. Voir le PDF


La bande riveraine joue un rôle de gardien contre les polluants tels que le phosphore et l’azote, en les filtrant par les racines des plantes. Il est donc important d’établir et de conserver une bande de protection riveraine afin d’instaurer une barrière contre ces polluants, mais aussi pour limiter le réchauffement de l’eau, stabiliser la rive et effectuer une rétention des sédiments.

Les règlements de la ville de Magog et de la municipalité du Canton de Stantead obligent les propriétaires à mettre en place et à maintenir des bandes riveraines de protection. À Magog, la profondeur de la bande, actuellement de 5 mètres de la ligne des hautes eaux (niveau maximal atteint par un cours d’eau en période de crues) sera portée à 10 mètres à compter de septembre 2016. Au Canton de Stanstead, la largeur de la bande riveraine est de 15 mètres de la ligne des hautes eaux.

Il faut noter que ces règlements s’appliquent également aux berges tout le long des tributaires du lac.

La SCLL suggère fortement de ne pas couper le gazon dans les fossés des villes car les retailles gazon sont entraînées dans le lac lors de fortes pluies.

Pour plus d’information :
À Magog : www.ville.magog.qc.ca/informations-services/environnement/#protection-rives
Au Canton de Stanstaed : www.cantonstanstead.ca/environnement/eau/bandes-riveraines

 



Lutte aux myriophylles
Vous pouvez aider à ralentir la progression du myriophylle à épis, cette plante qu’on retrouve dans 1 à 3 mètres d’eau à plusieurs endroits autour du lac. Le myriophylle à épi envahit très rapidement son lieu de croissance. La plante se reproduit par bouturage (déplacement d’un fragment de la plante) et par marcottage (les bouts de tiges produisent des racines avant même de se détacher de la plante mère). Comme la tige du myriophylle est peu résistante, elle peut facilement être coupée et un seul fragment de 5 cm de longueur peut produire une tige de 1,2m à l’intérieur d’une saison de croissance!

Un seul plan de myriophylle peut en produire jusqu’à 250 millions d’autres par fragmentation. D’où l’importance d’éliminer les résidus de la plante qui se déposent sur vos berges ou qui s’enroulent sur vos équipements nautiques.

NE REJETEZ LES FRAGMENTS DE MYRIOPHYLLE À L’EAU
METTEZ-LES À LA POUBELLE

Contrôle de la population de bernaches
Phénomène assez récent, les bernaches du Canada sont devenues des résidentes importunes de certaines propriétés gazonnées du bord du lac où elles trouvent leur nourriture et des aires de nidification. Si non contrôlées, les populations de bernaches pourraient doubler en quelques années et ainsi poser des risques pour la sécurité humaine et entrainer la dégradation de l’habitat. L’utilisation opportune et judicieuse de techniques de dissuasion peut suffire à persuader les oiseaux de nicher et de se nourrir ailleurs.

Pour empêcher les bernaches de nicher sur votre terrain, installez des clôtures en complément de la barrière naturelle de votre bande riveraine. Ces clôtures peuvent être constituées de treillis métalliques ou encore de grillage à poules, de filet de barrières à neige en plastique ou en même de simples cordes. Elles peuvent être dissimulées dans les plantations de la bande riveraine. Placez la barrière à la hauteur des bernaches: les bernaches peuvent voler au- dessus mais pas les oisons et les adultes ne laisseront pas leurs petits derrière.

Et bien sur, n’offrez jamais de nourriture à une bernache du Canada pas plus qu’à toute espèce d’oiseaux aquatiques.

De son côté, la Société de conservation du lac Lovering, munie d’un permis du Service canadien de la Faune, procède, à chaque au printemps, à la stérilisation des œufs de bernaches. Elle compte sur la collaboration des résidents pour lui signaler la présence de nids découverts dans leur voisinage

Faits sur les bernaches (PDF)

 

Conseils pour l'eau de votre puits
Que vous vous approvisionniez avec l’eau d’un puits de surface ou d’un puits artésien, vous devez vous assurer régulièrement de la qualité de votre eau. Pour savoir où, quand et comment faire analyser votre eau, nous vous invitons à consulter la fiche de l’agence de la santé : Info_proprietaires_avril2013.pdf

 

Conseils pour fosses septiques
Afin de prévenir la contamination de nos lacs, rivières, fossés et eaux souterraines, les municipalités de Magog et du Canton de Stanstead ont décidé d’être proactives et d’offrir le service de vidange régulière des fosses septiques à l’ensemble des propriétaires.

Toutefois, afin de maximiser le fonctionnement de votre fosse septique surtout au printemps lorsque le sol est spongieux:

Surveillez votre consommation d’eau et espacez l’utilisation des lave-vaisselle, laveuse, bain…

Ne déversez jamais dans votre système des matières telles : objets se décomposant trop lentement (cheveux, mégots…), produits chimiques ou avec phosphates (peinture, essence, pesticides, certains savons…). En disposer via la collecte municipale d’objets dangereux.

Évitez le plus possible les graisses et huiles, le surplus de savon et l’utilisation de produits désinfectants (eau de Javel, chlore…)

Jetez graisses et huiles végétales dans le bac brun si disponible.

Faites pousser « uniquement » du gazon sur le champ d’épuration et, au besoin, réactivez la dégradation des matières organiques par l’ajout de produits avec bactéries.

Haut de page

 

 

© Société de conservation du lac Lovering